Close

Les 2 Grands Types D’entreprenariat

On distingue deux types d’entreprenariat, une économie saine repose sur ces deux familles d’entreprise , qui ont toutes deux leurs forces et leurs faiblesses, aucunes des deux n’étant meilleure que l’autre. Mais ces deux types entreprises sont tellement différentes, par leur nature même, que leur réussite exige des mentalités et des compétences différentes.

 

 

 

L’entrepreneuriat des PME et TPE. 

 

C’est le premier type d’entrepreneuriat. La nouvelle société est généralement créée par une seule personne pour servir un marché local et devient, en se développant, une petite ou une moyenne entreprise qui sert ce marché local. Le capital est, la plupart du temps, détenu par un petit nombre de personnes, ce sont souvent des entreprises familiales – dans ce cas de figure, il est important de contrôler de près son affaire. 

 

 

La « récompense », pour ces fondateurs, prend essentiellement la forme de l’indépendance personnelle et de l’argent que rapporte l’entreprise. Ces entreprises n’ont généralement pas besoin de lever autant de fonds que les autres, de sorte que lorsqu’on y injecte du capital, l’augmentation du chiffre d’affaires et de la création d’emplois est relativement rapide. Elles peuvent être dispersées géographiquement et les emplois qu’elles créent ne sont, en grande partie, pas délocalisables, au sens qu’on ne peut pas les externaliser ailleurs pour réduire les coûts.

 

 

Il s’agit souvent d’entreprises de services ou commerciales, qui vendent les produits fabriqués par d’autres sociétés. Le facteur distinctif clé est leur focalisation sur les marchés locaux.

 

 

L’entrepreneuriat des entreprises axées sur l’innovation (IDE, pour Innovation Driven Entrepreneurship). 

 

C’est le plus risqué et le plus ambitieux des deux types d’entrepreneuriat. Les entrepreneurs qui choisissent cette voie aspirent à servir des marchés bien au-delà du marché local, au niveau mondial ou, au moins, national. Ces entrepreneurs travaillent généralement en équipe en construisant leur business à partir d’une technologie, d’un processus, d’un business model ou d’une autre innovation leur conférant un avantage concurrentiel important par rapport aux entreprises existantes. 

 

 

Ils s’intéressent davantage à la création de richesse qu’au contrôle de leur affaire et doivent souvent vendre des actions de leur société pour soutenir leurs ambitieux plans de croissance. Si elles sont souvent plus lentes à démarrer, les IDE ont en général une croissance exponentielle plus impressionnante encore quand elles réussissent à obtenir une véritable « traction » auprès des clients. 

 

Leurs fondateurs visent la croissance, au risque de perdre le contrôle de leur entreprise et d’avoir de nombreux actionnaires. Si les TPE/PME tendent à se développer tout en restant relativement petites (mais pas toujours), les IDE doivent connaître une croissance rapide et devenir de grandes entreprises pour servir les marchés mondiaux.

 

 

L’entrepreneuriat IDE crée des entreprises dont les emplois, « délocalisables », peuvent être externalisés si cela améliore leur compétitivité. Celles-ci sont la plupart du temps peu diversifiées géographiquement, car elles se concentrent autour de clusters d’innovation. 

 

En règle générale l’injection d’investissements ou de capitaux demande plus de temps avant de se traduire par des résultats en termes de chiffre d’affaires et de création d’emplois. À court terme, le modèle TPE/PME est plus réactif.

 

Mais avec de la patience, les IDE ont le potentiel de produire des résultats spectaculaires, comme on le voit avec des entreprises telles qu’Apple, Google, Hewlett-Packard, Facebook ou Alibaba.

 

 

svg5 min read

Leave a reply